Programme détaillé/detailed program


PATRIMONIALISER UNE MEMOIRE SENSIBLE :

LE MUR DE L'ATLANTIQUE

Making the Atlantic Wall, a meaningful place of remembrance, part of our heritage

VENDREDI 3 JUIN 2016 / 03 June 2016

[9h Accueil des participants / 9am Welcome]

OUVERTURE ET PRÉSENTATION DES RENCONTRES INTERNATIONALES / OPENING EVENT AND PRESENTATION OF THE INTERNATIONAL MEETINGS

Emmanuelle Dormoy (Vice-présidente culture Région Normandie et présidente de la Fabrique de patrimoines / Vice-President for Culture in Normandy and President of the Fabrique de patrimoines) - sous réserve -

Rudi Rolf (Historien néerlandais spécialiste du Mur de l'Atlantique / Dutch historian, specialist Atlantic Wall)

Présentation du Mur de l’Atlantique

En substance, l’expression « Mur de l’Atlantique » est un terme de propagande du point de vue des Allemands comme des Alliés. Lorsque l’existence du Rempart de l’Atlantique a été révélée dans les médias allemands au début de l’année 1943, la propagande s’est concentrée sur les fortifications côtières allemandes tout au long des côtes occupées de l’ouest et du nord de l’Europe. Celles-ci comprenaient non seulement les constructions érigées en Hollande, en Belgique et en France à partir d’août 1942 dans le cadre du programme Atlantikwall à proprement parler, mais aussi celles bâties en Norvège, au Danemark et sur le territoire allemand lui-même. Dès le printemps de l’année 1943, la propagande alliée donna à ce système de défense le nom de Mur de l’Atlantique, un redoutable obstacle sur la route de la victoire. Ce que nous appelons aujourd’hui Mur de l’Atlantique est le résultat de plusieurs programmes de construction. Il englobe non seulement le vaste programme de construction de 15 000 bunkers lancé en août 1942, mais aussi les premières défenses côtières édifiées sur le littoral de la Manche de 1940 à 1942, les batteries d’artillerie construites en Norvège et au Danemark entre 1941 et 1943 ainsi que différents projets de défense des îles Anglo-Normandes et des côtes occidentales européennes de 1941.

An introduction to the Atlantic Wall

In essence the Atlantic Wall is a propaganda term, in both German and Allied perspective. When, in the first months of 1943, the existance of the Atlantic Rampart (Rempart de l'Atlantique) was revealed in German media, propaganda focussed on German coastal fortifications all along the occupied coasts of Western and Northern Europe. These included the constructions built under the proper Atlantikwall programme in Holland, Belgium and France, launched in August 1942, and moreover those in Norway, Denmark and Germany itself. From Spring 1943 onward Allied propaganda referred to the defence system as the Atlantic Wall, a formidable obstacle on the road to victory. What we call Atlantic Wall nowadays, comprises of the result of several construction programmes. Not only the massive 15.000 bunker programme of August 1942, but moreover the early coastal defences along the Channel of 1940/42, the batteries erected in Norway and Denmark in 1941/43, as well as several defence projects for the British Channel Islands and the Western European coasts of 1941.

1. POURQUOI ET COMMENT PRÉSERVER LES VESTIGES DU MUR DE L’ATLANTIQUE ? / HOW AND WHY SHOULD WE PRESERVE THE REMAINS OF THE ATLANTIC WALL?

I. Cyrille Billard (Conservateur du patrimoine / Heritage curator) et Marie-Laure Loizeau (Chargée de la protection des Monuments Historiques, DRAC Basse-Normandie / Historic Monument Conservation Officer, DRAC)

Nos obligations patrimoniales vis à vis des vestiges de la Seconde Guerre mondiale : statut, législation

Depuis la fin du dernier conflit, les vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie ont été l'objet d'un phénomène continu de patrimonialisation. D'un simple support pour le travail de mémoire, ils deviennent progressivement des objets d'étude s'inscrivant dans des stratégies de gestion patrimoniale avec des objectifs semblables aux autres types de patrimoine : connaissance, protection, gestion, valorisation.

Pourtant, ces vestiges très nombreux donnent parfois l'impression de rester en marge du champ patrimonial, notamment si l'on prend en compte les interventions incontrôlées qu'ils continuent à subir : destructions, fouilles clandestines, trafics de mobiliers. De plus, les protections juridiques restent encore très limitées.

Cette communication a pour objectif de rappeler les obligations qui nous incombent à tous : obligations pour les acteurs publics et l'administration de se doter d'un véritable outil de recensement et de protection, obligations pour tous d'intégrer les procédures imposées par la législation patrimoniale (monuments historiques et archéologie), prise en compte de ce patrimoine dans les plans d'urbanisme ou dans les plans de gestion.

Our heritage obligations to remnants of World War II : status law

Since the end of the conflict, the remains of World War II in Normandy were the subject of a continuing phenomenon of heritage. With a simple support for working memory, they gradually become objects of study enrolling in heritage management strategies with objectives similar to other types of assets: knowledge, protection, management, valuation. Yet these very many vestiges sometimes give the impression of staying on the sidelines of the heritage field, especially if one takes into account the uncontrolled interventions they continue to suffer: destruction, clandestine excavation, furniture trafficking. Moreover, legal protections are still very limited. This Communication aims to remind the obligations we all: obligations for public and government to develop a true census and protection tool for all obligations to integrate the procedures imposed by legislation heritage (archeology and historical monuments), consideration of this heritage in the planning or in the management plan.

II. Linda Veiby (Direction du patrimoine culturel / Directorate for Cultural Heritage, Riksantikvaren)

Patrimoine culturel : critères de sélection et de préservation / Cultural heritage: selection of criteria and preservation

III. Elizabeth Warren (Senior Adviser, Hordaland County Council / Conseiller principal,Comté du Hordaland)

Le patrimoine de guerre (Hordaland, Ouest de la Norvège)

En étudiant les vestiges, la protection des sites les plus importants, la collecte de la mémoire, et le développement des musées liés aux différents aspects de la WW2, le conseil de comté de Hordaland a joué un rôle actif dans la préservation des aspects importants de WW2 dans notre région. Cela n'a pas été un effort organisé et planifié, mais plutôt développé au fil des années en soutenant des projets locaux, régionaux et nationaux liés au patrimoine WW2. Le résultat est une variété du patrimoine culturel matériel et immatériel de WW2 en Hordaland. Peut-être qu'il est temps d’établir une évaluation des actions menées.

Managing war heritage in Hordaland, Western Norway

By surveying the physical remains, protecting the most important sites, collecting people’s memories, and developing museums related to different aspects of WW2, Hordaland county council has taken an active role in preserving important aspects of WW2 in our region. This has not been an organized and planned effort, but rather developed over the years by supporting local, regional and national projects related to WW2 heritage. The result is a variety of material and immaterial cultural heritage from WW2 in Hordaland. Perhaps it is time to take a more systematic evaluation of what has been achieved.

IV. Benoît Labbey (Archéologue, DRAC, Basse-Normandie / archaeologist, DRAC)

Un programme collectif de recherche pour inventorier, préserver et valoriser les vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie / Joint research programme: inventorying, protecting, and promoting of the remains of World War II in Basse-Normandie

V. Antoine Quereilhac (Étudiant en Master MEEF histoire-géographie / MEEF History and Geography Master’s Student)

Mener une réflexion sur la patrimonialisation des vestiges du Mur de l'Atlantique : L’exemple de la côte basque

L'objectif principal de cette communication sera de présenter l'aboutissement des recherches que j'ai effectué sur les vestiges du Mur de l'Atlantique à l’échelle du pays basque. Elle sera articulée en trois temps. Un temps sur l'inventaire des vestiges encore présents sur la cote Basque, pour montrer d'une part l'état de conservation des structures, ainsi que les spécificités des vestiges locaux. Puis un temps sur la perception de ces vestiges par les publics, l'objectif étant de reprendre les informations que j'ai pu collecter lors des divers sondages réalisés. Et enfin, un dernier volet qui sera consacré aux idées que j'ai eu pour tenter de mettre en valeur ces vestiges, en tenant compte des difficultés de ce type de mise en valeur, mais aussi du grand intérêt que cela peut représenter.

Considering making the remains of the Atlantic Wall part of our heritage: the Basque coast example

The main aim of this presentation is to discuss the results of my research into the remains of the Atlantic Wall in the Basque Country. The presentation will include three sections. A section on the inventory of extant remains on the Basque coast, to shed light on the structures’ state of preservation and the particularities of the local remains. The next section will focus on the public perception of these remains, the aim being to summarise the information I collected in my various surveys. The final section will describe my ideas on how to make best use of these remains in light the difficulties posed by this kind of conservation, as well as the strong case that may be made for it.

Discussion et échanges avec le public / Audience Q&A

[Cocktail-Déjeuner / Cocktail-Lunch]

2. LA VALORISATION DU PATRIMOINE MILITAIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE / PROMOTING MILITARY HERITAGE FROM THE SECOND WORLD WAR

I. Julien Duquenne (Directeur EPCC La Coupole / Director of EPCC La Coupole)

La reconversion du bunker de La Coupole en Centre d’Histoire et de Mémoire ; l’association de l’Histoire et des Sciences

Le Centre d'Histoire et de Mémoire de La Coupole a ouvert ses portes au public en 1997, après 10 années de recherches et de travaux. À l'origine, La Coupole était une ancienne base de lancement de l'arme secrète d'Hitler : la fusée V2. Sa reconversion a eu pour objectif de mettre en avant, scénographiquement, le lien parfois paradoxal entre l'Histoire et les Sciences. En 2012, ce lien a été renforcé par la création d’un Planétarium 3D.

Converting the La Coupole bunker into a History and Memorial Centre; combining history and science

The La Coupole History and Memorial Centre opened its doors to the public in 1997, after 10 years of research and renovation. When built, La Coupole was a launch site for Hitler’s secret weapon: the V2 rocket. The aim of its renovation was to reveal, through an exhibition, the sometimes paradoxical link between history and the sciences. In 2012, this link was further consolidated with a 3D Planetarium.

II. Stéphane Simonnet (Historien / Historian)

Le projet scientifique du musée franco-britannique à Ouistreham

Le projet d’un centre d’interprétation consacré aux relations franco-britanniques de 1939 à nos jours verra le jour à Ouistreham dans un secteur solidement fortifié par les Allemands à partir de 1941. Erigé entre le Grand Bunker et le monument de la Flamme lui-même bâti sur un ouvrage allemand, le futur centre devra à la fois expliquer la diversité des liens unissant la Grande-Bretagne à la France notamment durant l’été 1944, mais aussi redonner « à voir » aux visiteurs la réalité du Mur de l’Atlantique à Ouistreham Riva Bella, que les politiques d’hier et les paysages d’aujourd’hui ont effacé. La possibilité d’utiliser dans le futur parcours de visite les vestiges d’un blockhaus allemand servira le second objectif tout en donnant à ce nouveau musée un statut particulier.

The Ouistreham Franco-British Museum’s science project

An interpretation centre focusing on Franco-British relations from 1939 to the present day will open in Ouistreham, in an area that was heavily fortified by the Germans in 1941. Erected between the Grand Bunker and the Flame Monument, itself built atop a German structure, the new centre will both explain the diverse ties binding Great Britain and France, in particular during the summer of 1944, as well as enabling visitors to “see” the reality of the Atlantic Wall in Ouistreham Riva Bella, a reality that past policy and current landscapes have eradicated. In future, the exhibition tour may make use of the remains of a German blockhaus to serve the second aim of the exhibition, while giving the new museum its own unique status.

III. Ole-Jacob Abraham (Historien, MuseumVest en Norvège / Historian, MuseumVest in Norway)

Histoire et valorisation de la forteresse de Fjell Festning / History and promotion of the Fjell Festning fortress

IV. Tony Pike (Attachée de presse /Press Officer, Channel Islands Occupation Society, Jersey, Royaume-Uni)

CIOS : préserver et valoriser les fortifications pour les générations futures

Depuis 1971, les bénévoles de l'association CIOS à Jersey mènent des projets de valorisation et sauvegarde des sites de fortifications allemandes avec l'objectif d'expliquer aux générations futures, l'histoire douloureuse de l'Occupation dans les îles anglo-normandes .

CIOS (Channel Islands Occupation Society) : to preserve and interpret the most valuable and unique fortifications for the next generation

I represent the Channel Islands Occupation Society (CIOS) Jersey in my position as Press officer. I would like to inform you of our function & activities that we do to promote, protect and interpret our occupation history in Jersey and the Channel Islands , since 1971! We are a volentary organisation and have many unique bunkers under our care which we open on reguarly to the general public. I lead guided tours during the season around our fortifications explaining thier design and function.

V. Matthieu de Meyer (Directeur du site de Raversyde en Belgique / Director of the Raversyde site in Belgium)

Entre tranchées et bunkers, la valorisation du patrimoine militaire de la Première et la Seconde Guerre mondiale à Raversyde (Belgique) / Trenches and bunkers: promoting military heritage of World War I and World War II Raversyde (Belgium).

VI. Christophe Cerino (Ingénieur de recherche en Histoire maritime - UMR CNRS 6258 CERHIO - Université de Bretagne-sud Président-fondateur du Musée sous-marin du Pays de Lorient / Chairman of the Pays de Lorient Submarine Museum, Director of Research in Maritime History, University of South Brittany)

De la mémoire de la guerre à la reconversion : état du processus patrimonial dans les bases de sous-marins en Bretagne

Portées par la construction navale et les activités maritimes, villes portuaires rasées pendant la dernière guerre mondiale puis reconstruites, Brest, Lorient et Saint-Nazaire ont bien souvent partagées des préoccupations semblables et des marqueurs identitaires communs. Comment ces cités bretonnes longtemps jalonnées par les traces du mur de l’Atlantique s’accordent-elles aujourd’hui avec les massives bases de sous-marins ? De l’intégration à l’activité opérationnelle de la Marine nationale jusqu’à la cession aux collectivités territoriales, les trajectoires des trois U-boote-bunker réalisés en Bretagne constituent un objet d’étude stimulant pour les chercheurs en sciences sociales. Bien au-delà des problèmes techniques, juridiques, économiques liés à leurs usages, l’état d’avancement de leur processus patrimonial, précipité dans le cadre des reconversions de deux d’entre-elles à l’aube du XXIe siècle, apporte un éclairage intéressant sur les relations des populations locales avec la mémoire de la Seconde guerre mondiale.

Memory of war retraining: state of the historic process in the submarine base in Bretagne

Carried by shipbuilding and maritime, port cities razed during the last world war and rebuilt, Brest, Lorient and Saint-Nazaire have often shared similar concerns and common identity markers. How long these Breton cited punctuated by traces of the Atlantic Wall are they now agree with the massive submarine bases? Integration with operational activity of the Navy to transfer to local authorities, the trajectories of three U-boat-bunker made in Britain are an object of study for stimulating social scientists. Well beyond the technical, legal, economic, associated with their use, the status of their heritage process precipitated within the conversions of two of them at the turn of the century, brings a interesting light on the relationship of local people with the Second World war memory.

Discussion et échanges avec le public / Audience Q&A

[pause]

3. OUVERTURE AUX PUBLICS DES LIEUX DE MÉMOIRE SENSIBLE / OPENING MEANINGFUL PLACES OF REMEMBRANCE TO THE PUBLIC

I. Stephan Vanfleteren (Artiste photographe belge / Belgian artist and photographer)

Un regard artistique sur les vestiges du Mur de l’Atlantique / An artistic take on the remains of the Atlantic Wall

II. Jens Andersen (Conservateur au Museumscenter Hanstholm au Danemark / Curator of the Museumscenter Hanstholm in Denmark)

From war machine to tourist attraction - the development of the bunker museum in Hanstholm

When our museum opened in 1979 it was the first officially museum in a bunker. However, as early as 1965 the first guided tours were made in it. So I would like to tell how the public view on the bunkers has changed in Denmark during the years, with our museum as a focal point. Also, I would describe how the exhibitions have developed during these years, including our new exhibition which opened in March this year.

De la machine de guerre à l' attraction touristique - le développement du musée de soute à Hanstholm

Lorsque notre musée a ouvert en 1979, il s’agissait du premier musée officiellement établi dans un bunker. Toutefois, les premières visites guidées y ont été organisées dès 1965. J’aimerais donc évoquer l’évolution du regard porté par le public danois sur les bunkers au fil des ans en utilisant notre musée comme point central. Je décrirai également la façon dont les expositions se sont développées au cours de cette période, notamment notre nouvelle exposition qui a été inaugurée en mars dernier.

III. Alain Talon (Batterie d’Azeville, Conseil Départemental de la Manche / Azeville Battery, Manche Departmental Council)

La batterie d’Azeville : du tourisme mémoriel au tourisme historique

Le Département de la Manche est propriétaire de la batterie d’Azeville depuis 1994. Il a alors fait des choix patrimoniaux en termes de conservation, d’aménagements. La Collectivité a également fait des choix en termes de médiation. Un discours historique a été développé, sans collection Militaria. La présentation du site repose sur une exposition permanente, un audioguidage multilingue, des visites guidées. Différentes actions, de géoprospection, de recherches historiques, d’aménagement, doivent permettre d’enrichir la médiation et équilibrer le discours historique, entre les militaires et les civils. L’histoire du site est aussi celle de l’évolution historiographique de cette période historique et de son patrimoine.

The Azeville Battery: from heritage tourism to historical tourism

The Azeville Battery has belonged to the Manche Department since 1994. Since then, the council has taken heritage into account when making decisions about conservation and facilities. The local authority also chose the mediation methods used. The result was a history exhibition, without a collection of militaria. The main focus of the museum is a permanent exhibition with multilingual audio tours and guided tours. Geophysical surveys, historical research, and refurbishment should enrich the museum’s mediation and balance the presentation of military and civilian history. The history of the site is also that of the historiographical changes of this historical period and its heritage.

IV. Jenny Heggvik (Historienne et directrice du musée de Telavåg­ en Norvège / Historian and Director of Telavåg Museum in Norway)

Telavåg, un patrimoine culturel de la Seconde Guerre mondial sans protection historique ! / Telavåg, Historically unprotected World War II cultural heritage !

There will be a presentation of the World War II history of the village Telavåg, Norway. Then there will be a focus on the World War II cultural heritage in the village.

Discussion et échanges avec le public / Audience Q&A

Diffusion du film

« Le Mur de l’Atlantique, monument de la Collaboration »

Rencontre avec le réalisateur et historien Jérôme Prieur

19h30 Cinéma Le Trianon à Lion-sur-Mer

(Mélisandes Films, société de production de documentaires - Sophie Faudel)

Film screening

“The Atlantic Wall: a Monument to Collaboration”

Discussion with the director and historian, Jérôme Prieur

7.30pm Le Trianon Cinema in Lion-sur-Mer

(Mélisandes Films, documentary production company - Sophie Faudel)

SAMEDI 4 JUIN 2016 / 04 June 2016

[9h15 Accueil des participants / 9.15am Welcome]

4. MEMOIRE SENSIBLE ET CRITERES UNESCO D’INSCRIPTION AU PATRIMOINE MONDIAL / MEANINGFUL PLACES OF REMEMBRANCE AND UNESCO INSCRIPTION CRITERIA FOR THE WORLD HERITAGE LIST

I. Richard Jezierski (Directeur du Centre de la Mémoire d’Oradour-Sur-Glane / Director of the Mémoire d’Oradour-sur-Glane Heritage Centre)

Préserver le sens et les valeurs des sites d’une mémoire douloureuse / Preserving the meaning and value of sites with a painful history

II. Catherine Guillemant (Chef de projet « candidature des Plages du Débarquement à une inscription au Patrimoine mondial » à la Région Normandie / Project Manager for Normandy’s application to have the D-Day Landing beaches added to UNESCO’s World Heritage List)

La demande d’inscription des Plages du Débarquement au patrimoine mondial, une démarche patrimoniale

La demande d’inscription des Plages du Débarquement au Patrimoine mondial repose sur l’identification d’éléments patrimoniaux qui confèrent une valeur universelle exceptionnelle au bien, notion-clé de la Convention du patrimoine mondial, car justifiant toute inscription, et par conséquent, ce qui doit être préservé pour les générations futures. Les éléments du Mur de l’Atlantique présents sur cette partie du littoral normand composent le patrimoine identitaire des Plages du Débarquement, et deviennent, entre autres éléments, support de la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Application to have the D-Day Landing Beaches added to the world heritage list

The application to have the D-Day Landing Beaches added to the list of World Heritage sites is based on the recognition of heritage that bestows outstanding universal value to the sites, a key concept in the World Heritage Agreement and one that provides the reasons for each addition to the list, meaning that they should be preserved for future generations. The parts of the Atlantic Wall present along this section of Normandy’s coast form the D-Day Landing Beaches’ unique cultural heritage, and add to, along with other elements, the site’s outstanding universal value.

III. Christel Trouvé (Directrice scientifique du musée du Bunker Valentin en Allemagne / Scientific Director at the Valentin Bunker in Germany)

La reconversion du Bunker "Valentin" en lieu de mémoire et centre de documentation / Converting the Valentin Bunker into a place of memory and documentation center

IV. Claude Prelorenzo (Sociologue et maître de conférences à l’école des Ponts / Sociologist and Lecturer at the Ecole des Ponts)

Esthétique et éthique. Quand le mal produit du beau : le Mur de l'Atlantique, l'Ile de Gorée, etc...

Le rapport entre esthétique et éthique se pose de manière centrale à propos du Mur de l'Atlantique du fait de la qualité moderniste de l'architecture et du paysagisme des installations, au contraire d'autres témoignages de la barbarie humaine, tel le camp d'extermination d'Auschwitz, dont l'intérêt des traces matérielles est entièrement contenu dans le mémoriel. La communication évoquera d'autres cas d'architectures de l'ignoble, et montrera la place, longtemps niée, qui revient au Mur, dans l'histoire des formes modernes. Cette approche présente-t-elle le danger d'exonérer le nazisme de son ignominie ? Ce sera l'objet du débat.

Aesthetics and Ethics. When evil creates beauty: the Atlantic Wall, Ile de Gorée, etc.

The relationship between aesthetics and ethics is central to the Atlantic Wall, owing to the modernist architecture and landscaping used, contrasting with other monuments to human barbarity like Auschwitz, where the physical remains are without wider appeal to other fields. The exhibition will evoke other examples of the architecture of evil, and will reveal the long-denied place the Wall occupies in the history of modern architecture. Does this approach risk exonerating the Nazi regime of its ignoble sins? This will be the subject of the debate.

V. Gennaro Postiglione (Professeur titulaire d’architecture d’intérieur-Politecnico di Milano, Italie / Full professor in architecture of interiors-politecnico di Milano, Italie)

Beyond Memorialisation. Design for Conflict Heritage

The traces of war both in cities as in landscapes represent a patrimony which is difficult to manage because they are linked to unpleasant memories, very often traumatic ones. They raise issues of primary importance, such as, for example, the possible construction of a collective identity on a European scale, which goes beyond the local context in which they refer and are connected to. Moreover, it seems that monuments and memorials lost their power. Reasons for this evolution may lie in changing objectives of memorialization forms: shifting from the will to perpetuate a memory ad libidum, to the necessity of processing grief and promoting awareness and understanding of history.

Au-delà de la commémoration : l’élaboration d’un héritage d’après-guerre

L’empreinte laissée par la guerre à la fois dans les villes et les paysages constitue un patrimoine difficile à gérer car elle est liée à des souvenirs désagréables et très souvent traumatiques. Elle soulève des questions primordiales, telles que la possible construction d’une identité collective à l’échelle européenne, qui va au-delà du contexte local auquel elle renvoie et est associée. En outre, il semble que les monuments et les mémoriaux aient perdu leur pouvoir. Les raisons de cette évolution résident peut-être dans le changement d’objectif des formes de commémoration, passant de la volonté de perpétuer le souvenir ad libitum à la nécessité de traiter le deuil et de promouvoir la connaissance et la compréhension de l’histoire.

Discussion et échanges avec le public / Audience Q&A

CONCLUSION

14h - Vernissage de l’exposition : « Fantômes du mur de l’Atlantique »

en présence du photographe Stephan Vanfleteren au Musée la batterie de Merville-Franceville

1pm - Vernissage for exhibition: “Atlantic Wall”

Attended by the photographer Stephan Vanfleteren at the Merville-Franceville Battery Museum

![endif]--

#WW2 #Patrimonialisation #Collaboration #Normandie #Norvège #colloque #workshop #LOccupation #séminaires #Histoirecontemporaine #histoiredouloureuse #AtlantikWall #SecondeGuerreMondiale #19391945 #patrimoinesensible

Inscription en ligne
 
Pas encore de mots-clés.
  • Icône de l'application Facebook

© 2015 - La Fabrique des patrimoines . David Pytel

Colloque "Patrimonialiser une mémoire sensible, le Mur de l'Atlantique" Abbaye-aux-Dames (Caen)
Vernissage de l'exposition de Stephan Vanfleteren au Musée de la batterie de Merville-Franceville. Samedu 4 juin à 14h
Projection "Le Mur de l'Atlantique, un monument de la Collaboration"  au cinéma Le Trianon (Lion-sur-Mer)
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now